2009-01-03

16 livres en 2008, et vous ?


J'ai lu 16 livres en 2008. Et vous ?

Pour mémoire : 43 % de la population française en âge de lire ne lit pas un seul livre dans l'année !

7 commentaires:

Stazzy a dit…

Daa-ah.. On arrive à compter?
Peut-être 3 ou 4 par mois.

grosse bourse a dit…

Hum...environ 8 je crois !
je retiendrai surtout les sherlock holmes (je conaissai biensur les nombreuses reprises du chien des Baskerville en film mais j'avais jamais rien lu de Conan doyle!) avec le fameux "chien des baskerville", "Etude en rouge" et "le Signe de quatre", de véritables joyaux !!

Un magnifique amelie Nothomb, "attentat" qui philosophe sur la beauté et de la laideur.

Oui et aussi un bouquin formidable "petit traité sur l'immensité du monde" de sylvain Tesson, sur le voyage solitaire et le choix de vivre en voyageant, c'est vraiment passionant, je le conseil à tout le monde :D

grosse bourse a dit…

Hum...environ 8 je crois !
je retiendrai surtout les sherlock holmes (je conaissai biensur les nombreuses reprises du chien des Baskerville en film mais j'avais jamais rien lu de Conan doyle!) avec le fameux "chien des baskerville", "Etude en rouge" et "le Signe de quatre", de véritables joyaux !!

Un magnifique amelie Nothomb, "attentat" qui philosophe sur la beauté et de la laideur.

Oui et aussi un bouquin formidable "petit traité sur l'immensité du monde" de sylvain Tesson, sur le voyage solitaire et le choix de vivre en voyageant, c'est vraiment passionant, je le conseil à tout le monde :D

Stazzy a dit…

Daa-ah.. On arrive à compter?
Peut-être 3 ou 4 par mois.

biboulette a dit…

1/D'abord je ne râle pas contre le manque de moyens. J'explique !
Merci pour l'idée de lancer un vaste programme de reprise de nos vieilles fiches. Figurez-vous que depuis des années il y a dans toutes les BU des opérations réitérées de rétro-conversion, mais nous ne sommes pas Google, alors nous avançons de quelques milliers de notices par an. Nos budgets s'orientent davantage vers l'acquisition d'abonnements en ligne à des revues électroniques, des bases de données, et à la modernisation de nos systèmes de gestion de l'information.

2/La Fondation est une piste effectivement. Toute une culture du financement à laquelle nous ne sommes pas préparés.

3/Infos :
Avez-vous déjà consulté Calames le catalogue en ligne des archives et des manuscrits de l'enseignement supérieur. Nancy 2 y a contribué (manuscrits de la BU droit)?

Worldcat : bonne nouvelle, bientôt le SUDOC (donc toutes les BU de Nancy) y sera inclus.

Marc a dit…

Merci, Dramelay! Peut-être une fonctionnaire qui s'est sentie, à tort, visée? Je dis une parce qu'Isa sonne plutôt féminin. Le propos était précisément, entre autres, de dire qu'on n'a pas alloué des moyens suffisants au catalogage... Dans une ville universitaire comme Nancy, je pense que l'allocation de moyens humains et financiers supplémentaires aux bibliothèques, pour atteindre ces objectifs (catalogage informatique, consultable à distance, et horaires d'ouverture plus amples) serait un investissement utile, voire décisif, bien qu'économe des deniers publics.

Alléguer ma méconnaissance des bibliothèques, c'est mal me connaître: elles sont pour moi un instrument de travail quotidien. J'en parle donc en connaissance de cause.

Quant à l'accusation de mépris des fonctionnaires, elle est grotesque, pour qui connaît mon attachement à la chose publique. Souhaiter qu'un service au public fonctionne mieux n'est pas une preuve de mépris, mais d'attachement.

Oh et puis zut, pourquoi me justifier ? Le regretté Jean-François Revel, de l'Académie française, écrivait : "On sait que l'un des symptômes de la dégénérescence du débat d'idées en France est que le 'lieu' d'où l'on parle (selon l'horrible expression) compte plus que ce que l'on dit."

Au quotidien d'ici a dit…

La BPIiiiii... Le bon mauvais souvenir qui tue. Des heures d'attente pour accéder à l'étage, des étagères mal foutues, des fauteuils inconfortables, des documents à demander à des gens aimables comme pas du tout. Oui, la BPI... Bin, je préfère amplement la médiathèque de Nancy.