2020-01-26

2020-01-13

Le Concert royal de Nancy (1981-1991)

Le Collège vocal de Nancy, créé en 1981, s’est mué, au cours des recherches musicologiques de son fondateur, René Depoutot, en Concert royal de Nancy en 1983, faisant référence à l’ensemble actif durant une partie du règne de Stanislas.

Né avec, en majorité, certains de ses élèves du collège de la Craffe et du lycée Jeanne-d’Arc intéressés par la musique ancienne, il comprend deux groupes : deux ensembles dont un de solistes.

Ce sont ces derniers qui ont assurés les concerts dans les festivals français, les invitations à l’étranger et l’enregistrement des 4 CD (aux éditions ADDA et K617). Il faut relever le nom de quelques chanteurs qui assuraient régulièrement les rôles importants dans les œuvres de Charpentier, Dumont, Bach, Buxtehude, Zelenka, etc. : Agnès Claude (dessus I), Dominique Eumont (dessus I), Jean-François Iung (ténor), Vincent Lécuyer (basse). L’ensemble chantait fréquemment sans direction.

La composition de l’ensemble vocal comptait entre dix et quatorze chanteurs selon les œuvres : dessus I, dessus II, contre-ténors, ténors, barytons-basses.

Les solistes étaient tenus de prendre des cours de chant financés par le Concert royal avec G. Chassel † (phoniatre, spécialisée dans l’éducation et la rééducation vocale).

Pour certaines productions ponctuelles, il fut fait appel à des chanteurs solistes professionnels (Françoise Sémelaz, Vincent Darasse, Bruno Boterf, Ian Honeyman).

L’ensemble instrumental était composé uniquement de professionnels : Odile Edouard, Judith Depoutot, Ruth Weber (violons), Alain Gervreau (violoncelle), Luc Devanne (violone), etc. Pascale Anselme (organiste, CNR Nancy) assurait la basse continue.

Après la cessation des activités de l’ensemble en 1991, les « archives » récupérées (affiches, affichettes, programmes...) ont été classées et versées aux Archives municipales de Nancy ; quelques documents (peu) sont intégrés aux archives de la famille Depoutot, versées aux Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, et actuellement en cours de classement.

Informations reçues et publiées avec l'aimable autorisation de M. René Depoutot, que je remercie vivement pour cette page d'histoire musicale nancéienne. 

Discographie

Henry Du Mont (1610-1684) : Motets à 2, 3, 4 et 5 voix (Cantica Sacra) ; Litanies de la Vierge Marie (Meslanges). CD aux éditions ADDA, enregistré en août 1987 en l'église Saint-Georges d'Essey-lès-Nancy, réf. 581034.

Jan Dismas Zelenka (1679-1745) : Magnificat - Psaumes & Repons. CD aux éditions ADDA, enregistré en juillet 1989 en l'église Saint-Georges d'Essey-lès-Nancy, réf. 581161, code 3355385811619.

Johann Michael Bach (1648-1694) : L’œuvre vocal : motets & cantates. CD aux éditions ADDA, enregistré en août 1988 en l'église du Couvent de la Visitation de Nancy, réf. 581111.

Johann Ludwig Krebs (1713-1780) : Klavierübung. CD aux éditions K617, enregistré en juillet 1989 en l'église priorale de Saint-Quirin, réf. K617002 : écouter sur Qobuz.


== Amateurs de musique à Nancy, rejoignez l'ALMC. ==

2019-12-16

Les angles morts de la culture française

Ci-après, une liste d'omissions, de trous, de manques, de béances, dans la culture française ou de langue française, qui sera complétée au fur et à mesure qu'ils seront repérés : des œuvres étrangères, reconnues au niveau international, mais non traduites ou non jouées en France, pour des raisons inexplicables – ignorance, négligence, paresse, idéologie, impécuniosité ?

François Ier et ses successeurs avaient compris le rôle indispensable de la traduction en français, pour la participation française à la république des lettres et la promotion même de la langue française. En se coupant de la circulation des idées neuves, Paris se provincialise...
  • Mario Vargas Llosa, La llamada de la tribu, 2018 : autobiographie intellectuelle du prix Nobel de littérature, non traduit en français.
  • Philip Glass, Akhnaten : opéra créé en 1984, jamais joué à Paris.
  • Friedrich von Hayek, La route de la servitude : la traduction française de 1946 aux PUF est obsolète, tellement approximative qu'elle en est fausse, et devrait être totalement refaite ; en attendant, seule la version originale en anglais reflète la pensée de l'auteur.
Quelques exemples de l'attardement culturel causé par le provincialisme français :
  • Bilbo le Hobbit, de Tolkien, publié en anglais en 1937, a été publié en français seulement 32 ans plus tard, en 1969. Par un bel exploit de célérité, il a fallu "seulement" 18 ans pour traduire Le Seigneur des Anneaux (publié en 1954 en anglais, en 1972 en français).
  • Atlas Shrugged, d'Ayn Rand, publié en anglais en 1957, a attendu 2011 pour voir enfin sortir son édition française, soit 54 ans. Plus d'un demi-siècle ! Et encore, il s'agit de traduire à partir de l'anglais, pas d'une langue rare !

2019-12-15

Philip Glass joue Mad Rush



Among the comments, one can read: "I discovered the music of Philip Glass about two hours ago. I thought he was some kind of Modernist joke. The joke is, indeed, on me. Repetitious? This is life music, earth music, cosmic music. Anyone who ever gets tired of this must have become tired of breathing as well. This is respiration, circulation, digestion, cogitation. This is day to night to day to night, sun and clouds, moon and stars, forever and ever around and around. This is reproduction, gestation, birth, growth, reproduction, life, death, gestation. This is acorns swelling to oaks and casting acorns that swell into oaks as the old oaks fuel dancing flames. This is sowing, growing, reaping and seeding, spring, summer, autumn, winter, ever the same, always anew. This is empires rising, ruling, and falling, rising, ruling and falling, rising, ruling, and falling, over and over and over... This is six thousand years of recorded human experience sped up into fifteen minutes of seemingly effortless artistry. This - this is stunning. I will never be the same again." ('Dr Sam Johnson').