2008-08-16

Gomorra

Gomorra de Matteo Garrone donne la nausée : comme Amos Gitai dans Free Zone ou Matt Reeves dans Cloverfield, le réalisateur a malheureusement décidé de filmer caméra à l'épaule. Du coup, même les plans fixes ne sont pas fixes. Au bout d'une heure, cela devient insupportable... et le film en dure plus de deux. Du gâchis, car sinon le sujet, tiré du livre de Roberto Saviano, est intéressant : la Camorra ("Questo paese di merda ce l'abbiamo mandato in Europa noi" dit l'un des protagonistes !) et l'économie mafieuse de la banlieue de Naples, ses 4000 morts en trente ans, ses déchets toxiques répandus dans la nature, son trafic de drogue qui rapporte 500 000 € par jour à chaque clan, son blanchiment d'argent illégal dans l'économie légale... le tout filmé dans les Voiles, grands ensembles de l'architecte Franz Di Salvo à Scampia.

Dans un autre registre, Le chevalier noir, le dernier film de l'homme chauve-souris, de Christopher Nolan, est époustouflant par son scénario d'un grand raffinement dans la cruauté du Joker joué magistralement par Heath Ledger, son chant du cygne.


1 commentaire:

Brigitte a dit…

Ce doit être une mode. Il y avait de beaux effets "nausée" dans Hancock aussi. Peut être étions nous trop près de l'écran, mais moi aussi j'ai ressenti ce malaise, au point que j'en ai hésité à sortir de la salle ou au moins changer de rang.