2007-01-16

Un avenir à Bataville

Bataville est une ville de Lorraine, qui fut fondée en 1931 et quittée en 2001 par l'entreprise de chaussures Bata.

Dans cette ville de quasi-mono-industrie, de nombreux salariés doués d'un savoir-faire de décennies de travail de la chaussure et du cuir ont perdu leur emploi.

Les grands groupes du luxe français et européen, qui comportent des activités de chaussure, de maroquinerie, de sellerie, ou de malletier, ont-ils été sérieusement approchés pour y installer une activité ? On pense spontanément à Hermès, LVMH (Louis Vuitton, Berluti...), PPR (Gucci, Bottega Veneta...), S. T. Dupont, Richemont, Goyard... voire Kickers.

Voir aussi : À Bataville, plus un pas avec Bata et Il est loin le temps où nous étions forts (articles de Mustapha Kessous, Le Monde, 30 décembre 2006)

Lien : Bata City

3 commentaires:

isabelle.baroth@hotmail.fr a dit…

contente d'avoir trouvé sur votre blog quelques mots sur Bataville, qui est un endroit qui me fascine ; j'y ai fait des reportages photos et en referai probablement(en variant les saisons!); ce genre de site, comme la cité ouvrière de Baccarat -je suis une Lorraine fière de ses racines, exilée à la Réunion- Arc-et-Senans, le phalanstère de Guise, les corons,raconte des expériences de relations patronat-ouvriers qui me passionnent depuis Eugène Sue et La Fortune de Gaspard de la comtesse de Ségur.Ici nous avons le souvenir de Madame Desbassayns et autres grands colons qui s'enrichissaient en toute bonne conscience chrétienne grâce au sang des esclaves.J'ai assisté il y a cinq ans environ à la projection du reportage "Pas un pas sans Bata" dans le gymase de Bataville : l'ambiance était chaude!Grüss mir Lothringen !

Marc a dit…

Merci pour votre commentaire. Avez-vous l'intention d'exposer ou de publier vos photos ?

isabelle.baroth@hotmail.fr a dit…

contente d'avoir trouvé sur votre blog quelques mots sur Bataville, qui est un endroit qui me fascine ; j'y ai fait des reportages photos et en referai probablement(en variant les saisons!); ce genre de site, comme la cité ouvrière de Baccarat -je suis une Lorraine fière de ses racines, exilée à la Réunion- Arc-et-Senans, le phalanstère de Guise, les corons,raconte des expériences de relations patronat-ouvriers qui me passionnent depuis Eugène Sue et La Fortune de Gaspard de la comtesse de Ségur.Ici nous avons le souvenir de Madame Desbassayns et autres grands colons qui s'enrichissaient en toute bonne conscience chrétienne grâce au sang des esclaves.J'ai assisté il y a cinq ans environ à la projection du reportage "Pas un pas sans Bata" dans le gymase de Bataville : l'ambiance était chaude!Grüss mir Lothringen !